• Se libérer de l'ego par la conscience

    On ne peut pas se détacher de notre ego, car nous sommes lui ! Notre personnalité est lui.

    Il y a un élément qui peut nous amener "au-delà" de l’ego, c'est la conscience ... mais uniquement par une connaissance de plus en plus profonde de notre personnalité, de son fonctionnement. Ainsi, quand ta conscience décrypte les fonctionnements de la personnalité, tu cesses d'en être prisonnière, et tu accèdes progressivement à une liberté, une connaissance, et une nouvelle forme d'amour ...

    Mais ceux qui parlent de leur ego, comme s'il n'était pas le personnage qui s'exprime ici et maintenant, se racontent des histoires !

    Nous sommes pétris de peurs, d'attentes, de colères, de désespoirs, d'élans d'amour et de joie, le plus souvent blessés, de scénarios bons et mauvais ... C'est cela qui agit en nous, qui nous emprisonne, c'est cela à quoi nous sommes identifiés : pensées, émotions, réactions intérieures automatiques dont nous n'avons pas conscience ...
    A partir du moment où tu décryptes/reconnais l'un quelconque de ses processus, un lâcher prise se produit ... La force destructrice qui t'enchaînait à la répétition d'une situation pénible, un état désagréable, une impuissance personnelle, perd de son pouvoir ... quand la conscience d'un processus, d'une croyance, d'un système d'émotions enfermant, est pleine et entière, tu en deviens libre. Tu as appris beaucoup sur toi, tu vois clairement le même processus chez les autres, donc tu peux les aider sur ce point, et tu es capable de témoigner d'une compréhension pour toi-même et pour les autres pleine d'amour !
    "Penser qu'il ne faut plus penser" est une impasse !
    Par contre la conscience d'une situation et d'un processus peut devenir tellement claire, qu'il n'y a plus de pensées : l'évidence est là, intelligence intuitive qui te libère de ce qui t'enfermait dans des schémas mentaux-affectifs sans issue ...

    « La mise à mort du travail. Le profit sacré des actionnaires.Conscience et présence à soi contre la souffrance et ses répétitions. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :