• Les énergies non-reconnues qui blessent nos âmes ...

    Il y a dans ma chair,
    il y a dans mon âme,
    des plaies vives, longues et profondes,
    faites au couteau par une main terrible,
    dont je ne perçois pas le sens.
    Comme ce jour où, revenant à l'école
    après de longues semaines d'absence,

    je retourne vers mon copain d'avant
    et que celui-ci me jette : "j'ai un nouveau copain,
    j'ai pas besoin de toi, casse-toi."
    Et le monde tout d'un coup,
    qui s'écroule, se vide, marcher seul
    quelques pas, au milieu des autres,
    s'asseoir, au sommet de quelques marches,
    regarder le monde et éprouver que,
    au milieu d'autres humains
    personne
    n'est là pour vous, n'est relié à vous.
    Plus tard, dans ce fol espace de solitude,
    votre mère vient vous chercher, vous prend par la main,
    ne se rend compte de rien ...

    Ou comme vivre, dans le monde terrible,
    d'un père absent, à lui-même, à la Vie, au Sens ...
    Monstre indifférent, aveugle, même pas, malveillant,
    terrassant tout sur son passage
    tournant en rond dans le labyrinthe vide
    de son univers, y maintenant les autres,
    par le seul poids de ses certitudes, répétitions,
    injonctions et croyances.
    In-humanité. Mépris des autres et de l'être ...
    Autosatisfaction abyssale, d'un orgueil social
    démesuré, d'une croyance "en soi",
    en l'autorité, en l'évidence, en la justesse,
    en la clarté de ses pensées-croyances-certitudes,
    magnifiques et régentant le monde,
    sans limite, sans opposition ni obstacle.
    Cauchemar récurrent de l'enfant,
    poursuivi pendant des heures
    dans un labyrinthe de galeries par des gorilles
    circulant en troupe, aux orbites vides.
    Et tentant de sauver sa sœur, son frère et sa mère,
    trouvant parfois un petit espace à l'abri,
    de la folle déambulation des monstres,
    un espace de lumière, quelques plantes
    et de l'eau ... Brève respiration ...
    dans un univers en asphyxie permanente.
    Comme cet autre cauchemar, où
    grimpant le talus qui soutient la barrière du jardin,
    pour tenter sans doute de s'échapper,
    l'enfant touche un énorme poteau de bois,
    support des fils électriques, et se trouve
    "électrocuté" : paralysé, respiration arrêtée, et tombe et tombe et tombe ...
    Orgueil d'un homme qui, leurré
    par l'apparence de son pouvoir sur les autres
    et le monde, se prenait pour Dieu sur sa terre ...
    comme tant d'autres ... crétins de haut niveau,
    joueurs de façade, prétentieux du quotidien,
    assénant, dictatoriant, manipulant,
    sans l'ombre d'un doute, d'une question, d'une conscience.

    Épilogue :
    Quand un être humain n'a pas conscience de
    sa sensibilité, sa perception, de dimensions de lui-même
    vitales et entières, ses forces en lui sont comme
    étrangères, agissantes par nature, indépendantes de "lui",
    elles déchirent parfois, souvent, la fragile paroi,
    du "moi" qu'il s'est construit, épées tranchantes
    ou dévastatrices puissances souterraines,
    qui invalident et dissolvent sans cesse,
    déstabilisent du dedans, toutes les constructions,
    mentales affectives et physiques, du pauvre
    "petit moi",
    tous ses efforts pour se construire
    un monde sûr et serein ...
    Le rendant encore plus fragile, à la puissance
    dévastatrice du pouvoir des autres,
    à le conformer à leurs attentes
    délirantes et vides de sens,
    par récompense et baston,
    et violences émotionnelles, ou pire,                       
    bombes sidérantes à fragmentation,
    pulvérisant toute résistance …

     

    L'épilogue de ce texte, est concrètement illustré et trouve réponses dans "Sur la tombe de la thérapeute morte."

    Texte en lien avec Futur-Origine, Corps-Esprit, Conscience ....

    Ce texte appartient aussi à la catégorie "Expression ...", mais j'ai préféré le mettre par pertinence, dans la catégorie "Surdoué, surdouance."

    « Futur-Origine, Corps-Esprit, Conscience aveugle-voyante, Différents plans de lectures/sens pointant vers l'Unité. Transcendance Immanence … »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :