• Le champ illimité de la connaissance de soi. Les prises de conscience.

    Pour moi, s'ouvrir à la "connaissance de soi", c'est s'engager dans une exploration et un champ d'expériences illimités. Rien ne peut limiter cette espace de découverte ... Sans cesse et sans arrêt, au fur et à mesure du chemin, des perspectives, et des consciences nouvelles, des états d'être différents de tout ce que nous pouvions imaginer, surgissent ...

    La "connaissance de soi" se développe par la conscience, par la présence à soi ("à soi" au sens large, c'est-à-dire au delà de ce que le moi a l'habitude de percevoir et de comprendre). Dans ce développement, la pensée n'est qu'un outil utile, mais elle ne dirige rien, elle permet de poser des jalons, une certaine logique temporaire, sur ce qui a été perçu et compris de manière intuitive, globale, holistique, instantanée ...

    Le chemin est ouvert par la perception directe d'une nouvelle réalité, par une succession de "prises de conscience", sorte de condensations d'une multitude d'éléments, de tensions, d'interrogations, de perceptions subtiles ou puissantes, corporelles, émotionnelles, intuitives, parfois intellectuelles ... Une "prise de conscience", peut être minuscule ou grandiose, très puissante, envahissante, ou subtile comme une brise d'été, qui nous traverse et nous porte, presque imperceptiblement vers un nouvel horizon, elle peut être porteuse de, et portée par des sentiments profonds, ou nous donner l'impression de n'être qu'une insaisissable effluve, un éclat de lumière, qui nous guidera, même si nous n'en avons rien compris ...

    Il est gênant pour moi, de lire des témoignages qui restreignent cette profondeur, cette diversité, cette liberté, à des formulations étroites, stéréotypées, Déifiées à Coup de Majuscules ... Je sais pertinemment, comme une évidence, et par expérience, qu'une telle limitation, une telle "définition" (déification) sera transcendée et dépassée ... que derrière l'affichage de certitudes et "d'une" vérité, il y a les besoins de sécurité et de reconnaissance, la peur de s'ouvrir à une dimension plus grande, dans laquelle tous les repaires anciens seraient balayés ... Je sais aussi, qu'il est vain de vouloir faire entendre une dimension nouvelle à quelqu'un qui n'est pas prêt pour cela ... Mais faire entendre qu'aucun concept, aucune expérience humaine limitée, ne peut limiter et définir le champ du possible de la conscience humaine (et en conséquence accessoire, déranger le confort de personnes trop certaines de leur point de vue, et de leur interprétation de leur expérience), me semble un chose nécessaire et bonne.

    Tous les regards, tous les points de vue sur le "connaissance de soi" sont valables et bons. Ils parlent plus souvent de la psychologie particulière de la personne qui en témoigne, que d'une compréhension profonde de l'homme et de sa conscience ... Mis bout à bout, pourtant, ils décrivent l'espace intérieur accessible à chacun, dans la mesure où il serait capable d'accueillir cette diversité et de prendre conscience qu'elle est en lui. Seule une conscience/compréhension/perception directe profonde de soi-même, de toutes les dimensions de son propre psychisme, fait que l'on sort des illusions de notre psychologie individuelle. C'est un chemin sans fin, où l'on se perfectionne, découvre et apprend sans cesse.

    « Comment se sortir de la dépression?LA connaissance de soi ... en quelques mots ! »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :