• La trace de l'ange.

    Samedi 4 Septembre 1999.

    L'autre jour, c'était Mardi passé, en allant marcher comme je le fais souvent, pour me retrouver et méditer, et "prier", et chercher avec plus de force et de profondeur, le centre de moi-même, l'essentiel au-delà des apparences, j'ai senti ...

    C'est un chemin dans un creux, avec des arbres de chaque coté, dont les feuillages se rejoignent au dessus. Et le soleil était au-dessus des arbres, et la lumière descendait vers moi, en rayons clairs à travers le feuillage. Et cette lumière "m'entourait".

    Et dans la liberté de l'instant, à cette perception globale réelle se superposait la sensation, et l'évidence ... Comment dire ? Les mots sont bien plats.

    J'étais entouré d'amour, comme les ailes d'un ange qui, légèrement derrière moi, m'aurait tenu dans la puissante douceur de son amour. De tous les côté j'étais "entouré". Bénédiction intérieure. Paix et tendresse que je recevait de la création. Et j'ai senti aussi, dans le même instant, l'amour profond, authentique, de celles qui m'entourent et que j'aime ...

    Et tout cet amour était un seul feu, qui à la fois me portait, et me bénissait, et m'entourait ...

    Et j'ai sentie aussi : le soleil était l'image de la source de l'amour, la puissance divine qui nous guide et qui nous éclaire, les arbres au-dessus de moi qui filtraient cette lumière, symbole de tous les voiles des apparences qui nous protègent de la puissance trop grande de ce feu, et qui en filtrant cet amour, nous permet de grandir, de cheminer pour qu'un jour, consciemment, délibérément, nous acceptions de nous consumer au feu de cette immense Soleil d'amour qui brûle dans le cœur de tout être humain ...

    Et j'ai senti toute la douceur de ce feu d'amour qui a installé un tel ordre du monde, pour que l'homme puisse grandir, des nimbes de l'inconscience, et de l'ébauche à peine existante du moi, jusqu'à la plénitude d'une individualité accomplie, capable de rayonner et de se donner, dans toute la justesse de la flamme divine qui brûle en elle ...

    Et j'ai senti encore, dans le même instant de perception (une seconde de temps réel ? le temps de faire trois ou quatre pas, peut-être un peu plus) que ma tâche était aussi sur cette terre, de filtrer et de transmettre à ma manière, cette lumière magnifique et brûlante (que je ressens avec plus de force et d'évidence que beaucoup), pour que d'autres, à la lumière et au feu que je porte, apprennent et découvrent plus profondément la nature, la beauté, la puissance de l'amour divin pour l'Homme et la Femme qu'ils sont en devenir, et la magnifique beauté de l'ordre, et du destin, au-delà de toutes les apparences des douleurs et des difficultés que nous traversons.

    J'ai poursuivi ma marche, sans quitter pendant longtemps cette perception, nourrit par elle, soulagé et mieux comprenant, les questions que ma vie me pose en ce moment, sur l'amour et comment le vivre authentiquement, sans tricher, et au-delà des apparences et du conventionnel ...

    « S'aimer soi-même ... et l'amour des autres.Un soin et des questions ... »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :