• "Etre soi", un enjeu de conscience et d'humilité.

    Suite à ces échanges et à vos propos (sur ce forum), je vais tenter une petite synthèse autour de "Être soi".

    "Être soi", ce n'est pas être ses pensées.
    "Être soi", ce n'est pas être ses émotions.
    "Être soi", ce n'est pas, non plus, être un quelconque de nos ressentis ou de nos états intérieurs ...
    Bien que tout cela participe à "Être soi" !

    Nous voyons bien, aussi, que nous sommes ce que nous sommes, "à l'insu de notre plein gré" !

    Nous ne pouvons pas définir nous-même ce qu'est "Être soi". Si nous disons/pensons "Je suis ceci" ou "je suis cela", cela ne renvoie. qu'à une facette de notre "Être soi". Le fait qu'elle soit mise en lumière, cette facette, met automatiquement dans l'ombre des facettes différentes, voir contradictoires avec cette facette mise en lumière, de notre "Être soi".

    Autrement dit, toute personne attentive et sensible (consciente)(souvent au moment d'une difficulté de vie particulière) découvre et ressent que des forces psychiques agissantes en elle-même, se manifestent sans qu'elle ait eu conscience de leur existence avant leur manifestation, et, au moment où ces forces se manifestent, elles dépassent les capacités de maîtrise de la conscience et du moi tel qu'il se connaît lui-même.
    Il faut être un débutant dans la connaissance/conscience de soi, ou avoir bien peu vécu, ou avoir beaucoup vécu sans beaucoup d'attention et de conscience de soi, pour ne pas reconnaître cela !

    Il est certain aussi, qu'un travail sur soi, introspection, prises de conscience, travail de distanciation corporelle et psychologique, peut nous amener à reconnaître et intégrer à notre champ de conscience et de maîtrise intérieure, ces forces psychiques qui, au départ, nous dépassaient et dont nous étions le jouet.
    Et de cette manière, par ce travail, développer une conscience et une maîtrise de soi, un équilibre et une plénitude plus forts que les aléas de la vie, est donc possible ! Ce qui est le sens et le but, de toutes les pratiques spirituelles et du développement personnel, me semble-t-il ...

    La première difficulté, sur un tel chemin, est de se reconnaître et de s'accepter comme "débutant", c'est-à-dire "insuffisamment" conscient et intelligent avec sa propre vie intérieure, sans culpabilité, sans honte, sans aucun jugement négatif d'aucune sorte : tous, tous, nous avons été des débutants, dans ce domaine et dans d'autres, et tous, nous avons appris et progressé ! ... Ainsi, en se reconnaissant sereinement ainsi, on s'ouvre à la possibilité de chercher, de s'interroger, d'apprendre, de faire des erreurs, d'approfondir sa conscience et son intelligence de soi, et de progresser !

    Alors que croire que l'on a déjà un équilibre et une conscience supérieure, quand cela n'est pas vrai, empêche d'apprendre, conduit inéluctablement à de fortes désillusions, et amplifient des souffrances personnelles, et des difficultés qui auraient été moindre dans le cas contraire.

    Que pensez vous de ces réflexions ? Comment vous positionnez vous personnellement par rapport à mes propos ? Voyez vous, dans ce que j'ai écrit, quelque chose d'essentiellement faux, incohérent, mensonger ou déséquilibré ?
    Merci par avance de vos critiques et objections. Bonne soirée. Amicalement.

    « Les états d'âme. de Christophe André.Comment se sortir de la dépression? »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :