• P. a écrit:                                       Voir la totalité de la discussion ici !

    Nous vivons dans un monde divisé sur le plan de la matière mais aussi divisé sur le plan psychologique.

    Comme notre conscience est clivée (il y a des fonctionnements intérieurs que nous ne percevons pas) ... Nous percevons, et le monde et nous-même, comme divisés.

    Cela est illusoire.

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Certaines personnes ont évoqué que le pardon, la manière de le vivre et de le comprendre, pouvait être fonction du degré de conscience de la personne.

    Avec les différents points de vue qui se sont exprimés ici, je propose la grille (le schéma) suivante, avec quatre niveaux de conscience. Ceci pour comprendre ce dont nous parlons, et mieux cerner peut-être, le point de vue de chacun ... car chacun d'entre nous n'est pas forcément au même "niveau" que l'autre, les autres ! D'où, peut-être, certaines incompréhensions !

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Y a-t-il, pouvons nous accéder à, une "supraconscience" qui puisse "surperviser" la conscience "ordinaire" ?

    A mes yeux, non, car il y a un continuum, entre la conscience "ordinaire", et une "conscience universelle", qui est, et a toujours été là.

    Ce qui est vécu dans l'expérience d'une rencontre de, ou d'un basculement, ou d'une ouverture de la conscience "ordinaire" vers la conscience "universelle", peut prendre n'importe quelle forme ou manifestation émotionnelle ... L'amour, la joie, le rire, la sérénité, une grande énergie/puissance d'action, ou encore une "disparition de soi", un silence (total mais plein) de l'ego, et de toute forme de pensée limitante ... Cela peut être tout cela, et sans doute aussi d'autres états ou perceptions qui dépassent le champ de ce à quoi ma conscience "ordinaire" peut s'ouvrir ...

    Si un être est en contact avec la conscience universelle, il ne souffre pas de douleurs physiques ni du manque de nourriture, ses sensations sont noyées dans une plénitude infinie ... Nous perdons très, très tôt la connexion à la conscience universelle, selon mon opinion. La gestation et la naissance elles-mêmes, constituent déjà le début de puissants conditionnements, le commencement de la construction de notre personnalité, de notre "moi" ...
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Ombre et Lumière : symboles !

    Dans la bible une manière de traduire les mots exprimant "le bien" et "le mal" est "l'accompli, l'achevé" pour le bien, et le mal est écrit comme le privatif du bien donc peut être traduit comme "le non-encore accompli, le non-encore achevé".

    L'ombre est l'absence de lumière. Seule la lumière, l'achèvement existe, ont une existence. L'ombre, la nuit sont "absence de" ... Leur existence est fondée sur un voilement de la lumière par elle-même (et c'est ce "voilement" qui fait que la création (big bang, cosmogonie, etc. et aussi temps psychologique, genèse de la conscience), et le temps, peuvent se déployer, "exister").

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Le niveau de conscience d'une personne ou d'une population, leurs visions du monde, comme la vision scientifique, constituent ce que l'on appelle des "paradigmes". Un paradigme est une vision cohérente du monde ...

    Les paradigmes de la science actuelle sont les suivants :

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Écrit après une suspension sur Epanews ...


    C'est quoi : un jugement ? C'est l'expression personnelle de ce que je crois en regard d'une situation ou d'une personne.
    Pourquoi une personne se sentirait-elle concernée par un "jugement" de ma part ? Pourquoi y réagirait elle négativement, en souffrirait elle ?

    Si mon propos touche juste : "Tiens, oui, c'est vrai." Point. Si mon propos ne correspond à rien pour elle : "Désolé, je ne vois pas en quoi cela me concerne." Point. Pourquoi cela devrait-il faire plus de vagues que cela ?

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Remarque : l’inconscient est infini et illimité (croire le contraire relève du niveau 2). A lire avant "Les quatre niveaux de conscience".

    L'évolution de la conscience d'une personne est pour moi la suivante :

    Niveau 1 : Je suis ce que je suis (jeune âme).

    Niveau 2 : Je suis conscient de ... (âme un peu moins jeune). conscient de certains processus qui font que je suis ce que je suis. Dans cette optique, effectivement, l'évolution de la conscience peut être vue comme un "élargissement".

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Remarque : Certaines personnes (niveau 1) rejettent la notion d'inconscient, d'autres (niveau 2)  ne pourront pas faire autrement que d'en minimiser l'importance et la puissance.

    1 : Une "jeune âme" dont la conscience est fondée sur l'identification à son moi, et qui ne veut en voir que la puissance et les capacités d'action, rejettera la notion même d'inconscient (Je me rappelle, il y a bien des années, avoir vu M Jean d'Ormesson, nié avoir un inconscient, lors d'une émission avec Bernard Pivot, me semble-t-il !).

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Dans la discussion sur le site Epanews à cette adresse.


    Pour ma part, je ne me hasarderai pas à prendre à la légère les états modifiés de conscience ...
    A 18 ans j'en ai vécu un pendant plusieurs jours qui a influencé toute ma vie. J'étais "en contact avec l'univers" (les étoiles, le ciel, la terre, ...), j'ai vu l'aura, ressenti et travaillé les énergies ... à la suite de cela je suis parti en Inde ... Et ma vie, depuis, a toujours eu une profonde orientation spirituelle.

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • C'est une question extrêmement large, qui va des états mystiques extrêmes, aux expériences spontanées du quotidien. Les conditions d'apparition peuvent en être des pratiques spirituelles intensives, des situations de stress, des bouleversements psycho-affectifs, des situations de fins de vie, les drogues, mais aussi  des activités créatrices, artistiques, physiques ou sportives, ou des activités professionnelles ou personnelles, ou encore spontanément, en faisant la vaisselle, dans une relation d'amour, devant un paysage, en écoutant de la musique ...

    Lire la suite...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique