• De "Dieu", de son existence, et de ce que nous attendons de lui !

    Nous pensons avec notre cerveau.
    Côté droit : le langage, la logique linéaire, la pensée analytique.
    Côté gauche : perception holistique, intuitive, spatiale, pensée (?) non linéaire, non séquentielle.
    En dessous, le système limbique, gère les émotions.
    Encore en dessous le cerveau reptilien, gère les réactions fondamentales (peur, agressivité) et la survie de l'organisme.

    Et puis un système de feedback, pour le contrôle des gestes ...
    mais tout cela est connecté, à la fois neurologiquement (système ortho et parasympathique, voie sensitive et motrice) et hormonalement avec l'ensemble du corps et tous les organes, qui interagissent entre eux, et avec le cerveau.
    Un homme déconnecté physiologiquement de ses émotions est incapable de prendre des décisions pertinentes pour lui-même et socialement, même si son fonctionnement rationnel n'est pas affecté.

    Le bouddhisme ne postule pas de Dieu : Pour lui, une intelligence réelle de la vie suffit à déterminer qu'une conduite altruiste est plus bénéfique qu'une conduite égoïste, que les règles de vie en société, comme le renoncement à la violence, et l'affirmation des valeurs de respect et de compréhension mutuelle sont nécessaires et profitables pour soi, pour son propre bien-être et bonheur. La mise en avant de l'altruisme, de la compassion, et du respect d'autrui, résulte d'un égoïsme intelligent !

    Il est orgueilleux d'affirmer que Dieu n'est qu'une construction mentale des humains. Et que le mot ne recouvre aucune réalité de ce fait.
    En effet : personne ne connaît totalement son psychisme, pas plus que la réalité extérieure. Ainsi on ne peut ni affirmer ni nier, avec certitude, l'existence d'un principe unificateur psychique et/ou objectif. Reconnaître cette réalité, cette incertitude, amène obligatoirement à des choix et des expériences personnels liés à cette question, qui vont du doute intégrale, à une adhésion certaine ...

    Le positionnement de chacun relève autant de l'histoire et du vécu psychologique de la personne, dans lequel la dimension affective est prépondérante, que des expériences "transcendantes" (sans explications rationnelles) qu'elle a pu vivre ...
    Croire en Dieu voit parfois s'exacerber le questionnement du sens de la vie, au lieu d'y apporter une réponse !
    Et l'expérience mystique ne peut se ramener à une sorte de "béquille morale" ...
    Beaucoup de gens qui ont vécu des NDE, ont vu leur psychologie et leur vie changer, la peur de la mort disparaître ... Aucune béquille morale, aucune idée ou concept de Dieu ne peuvent obtenir un tel effet ... Il faut qu'il y est, selon moi, un vécu qui transcende les catégories ordinaires de l'expérience humaine. Que ce vécu soit rapporté à "Dieu", ou à autre chose, il renvoie forcément à quelque chose qui dépasse les conceptions et la compréhension d'un être humain "normal".

    Ma réponse est : il y a quelque chose plutôt que rien, une conscience capable d'évoluer, un mystère illimité ... Dieu, le vide, le hasard ? Qu'importe, je peux projeter ce que je veux ! Mais ma projection parle plus de moi, que de la réalité du monde !
    Est-ce que je veux me croire seule conscience dans l'Univers (avec rien au-dessus d'elle) ?
    Est-ce que je veux me croire entourer et protéger par une force plus grande que moi ?
    Est-ce que je veux me croire partenaire d'une évolution et de la création, exercer une responsabilité face au monde et à la vie, avec mes convictions ?

    Est-ce que "Dieu" est pour moi : mes tripes ? mon bon plaisir ? le pouvoir ? l'amour des autres ? la reconnaissance ... de mes compétences, de ma beauté, de ma spiritualité, de mon amour, de mon pouvoir, de ma richesse, de ma liberté ... ? la sécurité, matérielle et/ou affective et/ou intellectuelle ? la supériorité intellectuelle, financière, de pouvoir ? la beauté ? la nature ? la peur ? le don de soi ? mon clan ? mon travail ? mon corps ? ma santé ? le pouvoir des autres ? etc. etc. ...

    La question n'est pas de savoir théoriquement "ce qu'est Dieu" !

    Elle est de savoir à quoi j'obéis dans ma vie ! Quel est réellement le/les dieux auxquels je me soumets !

    Qu'en pensez vous ?
    Bonne soirée !

    « La beauté du monde. Bonheur et éveil.Dieu ? Une expérience, pas un concept ! »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Juin 2011 à 12:00
    C'est la question cruciale, Y répondre c'est réussir sa vie... Bon dimanche
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :